Université de Liège Réseau des Bibliothèques

BICTEL/e - ULg
Serveur institutionnel des thèses de doctorat



Nouvelles thèses
dans BICTEL/e - ULg
  • Esser, Céline - Regularity of functions: Genericity and multifractal analysis
  • Dupont, Josselin - "L’émergence d’une politique foncière régionale en Bretagne : de l’identification des enjeux à la création d’un Etablissement public foncier d’Etat/The emergence of a regional land policy in Brittany: from issues identification to the creation of a State Établissement public foncier".
  • Trotta, Marie - Modelling serial offenders’ spatial behaviours: new assumptions for geographic profiling
Présentation Recherche thèse Dépôt thèse Accès
gestionnaires
 
Page de résumé pour ULgetd-02282011-175331

Auteur : Abdullah, Shaif
E-mail de l'auteur : Shaif.Abdullah@student.ulg.ac.be
URN : ULgetd-02282011-175331
Langue : Anglais/English
Titre : The epidemiology of Rift Valley Fever in Yemen and the risk of re-introduction from the Horn of Africa. - L’épidémiologie de la fièvre de la Vallée du Rift au Yémen et le risque de réintroduction à partir de la corne de l’Afrique
Intitulé du diplôme : Doctorat en sciences vétérinaires
Département : FMV - Département des maladies infectieuses et parasitaires
Jury :
Nom : Titre :
Berkvens, Dirk Membre du jury/Committee Member
Bouloy, Michèle Membre du jury/Committee Member
Farnir, Frédéric Membre du jury/Committee Member
Fontenille, didier Membre du jury/Committee Member
Hornick, Jean-Luc Membre du jury/Committee Member
Linden, Annick Membre du jury/Committee Member
Losson, Bertrand Membre du jury/Committee Member
Rollin, Frédéric Membre du jury/Committee Member
Saegerman, Claude Membre du jury/Committee Member
Leroy, Pascal Président du jury/Committee Chair
Roger, François Promoteur/Director
Thiry, Etienne Promoteur/Director
Mots-clés :
  • Yemen
  • Africa/Afrique
  • Rift Valley fever/fièvre de la vallée du Rift
  • epidemiology/épidémiologie
Date de soutenance : 2011-02-03
Type d'accès : Public/Internet
Résumé :

From 1930 to 2000 Rift Valley Fever (RVF) was limited to the African continent. It is vector borne disease caused by a virus of the genus Phlebovirus, member of the Bunyaviridae family. The main vectors for transmission are Aedes and Culex. In September 2000 it was reported for the first time out of Africa, affecting Yemen and Saudi Arabia. This epidemic opened a new era in the history of RVF. It proved that the virus had the capaciity to affect new zones, different eco-systems and to spread to any area in the world. The outbreak lifted many hypothesis related to its introduction and to the factors associated with the outbreak. Although difficult to evaluate precisely its socio-economic impact was considered to be the heaviest in the modern history of Yemen animal diseases even when compared to the rinderpest outbreak that the country encountered in the seventies because of its zoonotic characteristic. To answer to these hypotheses it was of great importance to study and investigate all the factors associated with the outbreak. Thus after estimating the socio-economic impact of the disease in the world and more specifically in Yemen we studied the descriptive epidemiology of RVF in the first and most affected zone of the outbreak of 2000-2001 (Tihama Wadi Mawr) and then we analysed the socio-economic and environmental factors associated to the outbreak, to finish with the risk assessment of the re-introduction of RVFV from the Horn of Africa through legal animals trade.

The descriptive study showed that at the national level 90% of the RVF cases were in the plain of Tihama coast, Hodiedah, Hajjah and Sadah governorates, the majority of the villages being located around the main canals of Wadi Mawr at an altitude < 300 m.

Environmental as well as socio-economic factors likely to play a role in RVF transmission in Yemen were highlighted with the study of the period 1997-2007 in the country. As in previous RVF outbreaks in neighbouring countries in the Horn of Africa, the year 2000 presented above-normal vegetation index values, which reflected important precipitations, for both rainy seasons (the first occurring between March and May; the second between July and October). These environmental conditions favourable to the vectors populations were found concomitant with a late starting date of Eid-al Kabeer celebration (March) in 2000, related to high hosts (cattle, sheep and goats) densities. According to these criteria, 2000 was considered as an atypical year.

Yemeni Veterinary Services did not declare any RVF outbreak since 2000. Thus, we assumed Yemen free of the disease when assessing the risk of introduction of RVF into Yemen via the legal trade of small ruminants from the Horn of Africa (Kenya, Somalia, Djibouti, and Ethiopia). After precisely describing the routes and volume of trade from the Horn of Africa to Yemen, the pathway and different scenarios for introduction were developed following the OIE risk assessment method. A matrix of likelihood combinations including four possible levels (very low, low, medium, high) was built and used to combine likelihood of events.

The overall probability of introduction was assessed very low to medium depending on the period of the year and most likely to occur via ovine males exported during festival periods that change depending of the year considered. The uncertainty was considered to be low.

The socio-economic impact although difficult to estimate was shown to be dramatic as RVF affects all the chain of life in particular of those associated to livestock and animal products trade.

Despite the dramatic impact of the outbreak of RVF in 2000 but it had the advantage to draw the attention of decision makers, of international organizations and of local veterinary services on the importance of livestock diseases and their possible effects on human health and national economies. Veterinary education also improved significantly in Yemen. It enhanced the epidemiologist’s skills, disease surveillance in general and the cooperation between human health care people and veterinary services. A national P3 laboratory should also soon open with the help of the IAEA and the FAO and Al-Mukkah quarantine could be modernized and extended in the near future.

Regional collaboration and improvement of knowledge on animal trade but also field studies related to the disease and its entomological features are seen as compulsory to hope improving the prevention and control of RVF.But the best way and strategy for prevention of Rift Valley Fever in Yemen as well as in the world is to develop more efficient surveillance and control tools to implement coordinated regional monitoring and control programmes. - Résumé - De 1930 à 2000, la Fièvre de la Vallée du Rift (RVF) était une maladie essentiellement africaine.

C’est une maladie vectorielle causée par un virus du genre Phlebovirus de la famille des Bunyaviridae. Les principaux vecteurs sont les Aedes et les Culex. En Septembre 2000, des cas furent rapportés pour la première fois hors du continent africain touchant le Yémen et l’Arabie Saoudite. Cette épidémie ouvrit une nouvelle ére dans l’histoire de la RVF. Elle prouva la capacité du virus à infecter des zones nouvelles, des écosystèmes différents et sa capacité à se propager à n’importe quelle région du monde. Plusieurs hypothèses furent avancées concernant son introduction et les facteurs socio-économiques associés aux foyers.

S’il est difficile d’évaluer précisement son impact socio-economique, il fut considéré comme le plus lourd de l’histoire moderne des maladies animales au Yémen même comparé à celui de la peste bovine dans les années 70 à cause de son caractère zoonotique.

Pour répondre à ses hypothèses, il était important d’étudier et de rechercher tous les facteurs associés aux foyers. Ainsi après avoir estimé l’impact soci-èconomique de la maladie dans le monde et plus particulièrement au Yemen, l’on s’intéréssa à l’épidémiologie descriptive de la RVF dans les premières zones touchées mais aussi les plus affectées lors des foyers de 2000-2001 (Tihama Wadi Mawr) Puis l’on analysa les facteurs socio-économiques et environmentaux associés aux foyers pour finir avec l’évaluation de risque de la réintroduction du RVFV à partir du commerce légal d’animaux de la Corne d’Afrique.

L’étude descriptive montre qu’au niveau national, en 2000-2001 environ 90 % des cas étaient dans la plaine de la côte de Tihama, Hodiedah, Hajjah et Sadah, la plupart des villages étant localisées autour des canaux principaux de Wadi Mawar à une altitude infereure à 300 Mètres (m). Les facteurs environmentaux et socioèconomiques susceptibles d’avoir un rôle dans la transmission de la RVF au Yémen furent soulignés avec l’étude de la période 1997-2007 dans le pays. Comme dans les foyers précédents de RVF dans les pays voisins de la Corne de l’Afrique, l’année 2000 présentait des valeurs anormalement élevées d’index normal de végétation refletant d’importantes précipitations lors des deux saisons des pluies (la première entre mars et mai, la seconde entre juillet et octobre). Ces conditions environmentales favorables aux populations de vecteurs apparurent concommitantes avec une date tardive de début des festivités de l’Eid-al Kabeer en (mars) 2000 entraînant à une densité importante de populations hôtes (bovins, moutons, chèvres). Considérant ces facteurs l’année 2000 fut considérée comme une année atypique.

Les services vétérinaires yéménites ne déclarèrent pas de foyers de RVF depuis 2000. Ainsi on fit l’hypothèse que le Yémen n’était plus infecté pusq’on l’on s’intéressa au risque de ré-introduction de la RVF au Yémen via le commerce légal de petits ruminants depuis la Corne de l’Afrique (Kenya, Somalie, Djibouti et Ethiopie). Après avoir précisemment décrit les routes et volumes d’échanges depuis la Corne de l’Afrique jusqu’au Yémen, les chemins événementiels et différents scénarios d’introduction furent développé en suivant la méthode de l’OIE. Une matrice de combinaison des probabilités incluant quatre niveaux (très bas, bas, modéré, élevé) fut construite et utilisée pour combiner les probabilité de réalisation des évènements. La probabilité globale d’introduction fut trouvée très basse à modérée en fonction de la période de survenue dans l’année et plus probablement via l’introduction d’ovins males exportés pendant les périodes de fêtes dont l’occurrence change en fonction de l’année considérée. L’incertitude fut considérée basse.

Si l'impact socio-économique de la RVF est difficile à évaluer, il est pourtant dramatique en atteignant tous les maillons du réseau de ceux dont la vie s’organise autour du bétail et de son commerce ou du commerce de ses produits. Malgré l’impact dramatique des foyers de RVF en 2000, ceci a eu l’avantage de d’attirer l'attention de décideurs, d’organisations internationales et des services vétérinaires locaux sur l'importance des maladies de bétail et leurs effets possibles sur la santé humaine et les économies nationales. L'éducation vétérinaire s'est aussi améliorée de façon significative au Yémen. La qualification des épidémiologistes et la surveillance des maladies en général s’en sont trouvées meilleures, ainsi que la coopération entre les services médicaux humains et les services vétérinaires. Un laboratoire national P3 devrait voir le jour prochainement avec l’aide de l’IAEA (International Atomic Energy Agency) et de la FAO (Food and Agriculture Organization). La modernisation et l'extension de la quarantaine Al-Mukkah, est aussi prévue dans un avenir proche.

La collaboration régionale, l’amélioration de la connaissance du commerce du bétail mais aussi des études de terrain relatives à la maladie et à ses caractéristiques épidémiologiques sont indispensables pour espérer améloirer la prévention et le contrôle de la RVF. Mais la meilleures stragtègie pour la prevèntion de la fièvre de la vallée de Rift au Yemen comme dans le monde est de developper une surveillance plus efficace et controler des outils pour mettre en place un suivi regional coordonnée et des programmes de contrôle.

Autre version :
Fichiers :
Nom du fichier Taille Temps de chargement évalué (HH:MI:SS)
Modem 56K ADSL
[Public/Internet] thesis_shaif_abdullah.pdf 4.97 Mb 00:11:49 00:00:26

Bien que le maximum ait été fait pour que les droits des ayants-droits soient respectés, si un de ceux-ci constatait qu'une oeuvre sur laquelle il a des droits a été utilisée dans BICTEL/e ULg sans son autorisation explicite, il est invité à prendre contact le plus rapidement possible avec la Direction du Réseau des Bibliothèques.


Parcourir BICTEL/e par Auteur|Département | Rechercher dans BICTEL/e


© Réseau des Bibliothèques de l'ULg, Grande traverse, 12 B37 4000 LIEGE