Université de Liège Réseau des Bibliothèques

BICTEL/e - ULg
Serveur institutionnel des thèses de doctorat



Nouvelles thèses
dans BICTEL/e - ULg
  • Bouabidi, Abderrahim - Etude Critique des Différentes Approches de Validation des Méthodes Analytiques
  • Palm, Mélanie - Etude de la faculté des protéines MX porcines à conférer une résistance contre le virus influenza A et contribution à l'identification du mécanisme impliqué
  • Dermine, Martin - TESTING CANDIDATE EFFECTORS CONTRIBUTING TO RESISTANCE TO PNEUMOVIRUSES
Présentation Recherche thèse Dépôt thèse Accès
gestionnaires
 
Page de résumé pour ULgetd-06192012-201819

Auteur : Kabonyi Nzabandora, Chantal
E-mail de l'auteur : ckabonyi@student.ulg.ac.be
URN : ULgetd-06192012-201819
Langue : Français/French
Titre : Analyse palynologique de divers sondages du secteur haute altitude du Parc National de Kahuzi-Biega: Paleoenvironnements et paleoclimats au Pleistocène supérieur et à l'Holocène
Intitulé du diplôme : Doctorat en sciences
Département : FS - Département de géologie
Jury :
Nom : Titre :
Habiyaremye, F. Membre du jury/Committee Member
Hooghiemstra, H. Membre du jury/Committee Member
Nyakabwa Mutabana, D. Membre du jury/Committee Member
Roche, Emile Membre du jury/Committee Member
Runge, J. Membre du jury/Committee Member
Hatert, Frédéric Président du jury/Committee Chair
Gerrienne, Philippe Promoteur/Director
Mots-clés :
  • Paleoclimat/Paleoclimate
  • Palynologie/Palynology
  • Paleoenvironnement/ Paleoenvironment
Date de soutenance : 2012-06-15
Type d'accès : Public/Internet
Résumé :

L’étude palynologique de séquences sédimentaires provenant de sondages réalisés dans le secteur « Haute altitude » du Parc National de Kahuzi-Biega sur la dorsale occidentale du Kivu en R.D. Congo a permis une reconstitution de 35000 ans d’histoire paléoenvironnementale régionale.

Au Pléistocène supérieur, pendant la période dite du « Kalambo Interstadial » (32000-26000 ans BP), un ensemble forestier hétérogène occupe le terrain sous un climat modérément chaud-humide.

Au cours de la phase régressive de l’ « Hypothermal du Mont Kenya » (25000-15000 ans BP), le Dernier Maximum Glaciaire (DMG = LGM / 20000-18000 ans BP) voit se développer une importante extension de milieux ouverts herbacés, témoins d’une grande xéricité.

Ensuite, le retour d’une forêt afro-montagnarde à connotation afro-subalpine, témoin de conditions climatiques froides-humides est temporairement interrompu par une nouvelle extension de milieux ouverts attestant une pulsation sèche qu’on peut assimiler au Dryas récent (DR = YD).

A l’Optimum Humide Holocène (10000-7000 ans BP), avec l’accroissement des précipitations, le Lac Kivu connaît une hausse importante alors que les dépressions en altitude sont transformées en lacs. La progression de la forêt ombrophile de montagne qui aurait dû s’ensuivre n’a pas été archivée par manque d’enregistrement sédimentologique. Les premiers dépôts marécageux de l’Holocène révèlent l’existence, vers 6500 ans BP, d’un milieu forestier ombro-mésophile en évolution régressive témoignant de conditions climatiques plus fraîches.

Vers 4000 ans BP, une expansion importante des milieux ouverts naturels « climatiques », prairies en altitude et savanes sur les pentes inférieures des reliefs, souligne un déficit hydrique à mettre en relation avec la période d’aridité globale de l’Afrique à cette époque.

Après une brève reprise forestière ca. 3500 ans BP, les variations observées à partir de 3000 ans BP au sein de la forêt afro-montagnarde évoquent une instabilité climatique qui, par ailleurs, active l’érosion des pentes.

Le retour à une certaine stabilité climatique au cours du premier millénaire AD permet à la forêt montagnarde de reprendre de l’ampleur ; cependant, ca. 500 ans BP, une nouvelle avancée de milieux ouverts naturels, résultat d’une pulsation sèche assimilable au « Pré-Néoglaciaire du Mont Kenya » interrompt brièvement cette progression.

Dès le début du second millénaire AD, l’horizon inférieur de la forêt dense commence à se secondariser sous un effet anthropique croissant alors que les horizons moyen et supérieur restent stables tout en évoluant vers un stade plus « frais », conséquence des effets du Néoglaciaire est-africain. C’est à partir des 17ème-18ème siècles que la secondarisation gagne le massif forestier en haute altitude.

Sur la dorsale orientale du Kivu, à saisons plus contrastées, l’évolution forestière du début de l’Holocène n’a pas été occultée par une phase lacustre comme sur la dorsale du Congo. Jusqu’à ca. 6000 ans BP, la forêt montagnarde évolue d’un stade hétérogène à influence afro-subalpine à un stade ombrophile marqué sous les effets d’un climat devenant progressivement plus chaud et plus humide.

La succession des événements observée à l’ouest se retrouve à l’est, à savoir : la période aride de 4000 ans BP, l’instabilité climatique de 3000-2000 ans BP attestée ici par des alternances d’influences ombrophile et mésophile au sein de la forêt, la stabilité forestière du premier millénaire AD brièvement interrompue par la pulsation sèche de 500 AD.

Dès le début du second millénaire AD, l’influence anthropique commence à se faire sentir dans les zones inférieures des reliefs pour gagner progressivement la haute altitude.

Autre version :
Fichiers :
Nom du fichier Taille Temps de chargement évalué (HH:MI:SS)
Modem 56K ADSL
[Public/Internet] These_Chantal_KABONYI_NZABANDORA_2012.pdf 3.04 Mb 00:07:14 00:00:16

Bien que le maximum ait été fait pour que les droits des ayants-droits soient respectés, si un de ceux-ci constatait qu'une oeuvre sur laquelle il a des droits a été utilisée dans BICTEL/e ULg sans son autorisation explicite, il est invité à prendre contact le plus rapidement possible avec la Direction du Réseau des Bibliothèques.


Parcourir BICTEL/e par Auteur|Département | Rechercher dans BICTEL/e


© Réseau des Bibliothèques de l'ULg, Grande traverse, 12 B37 4000 LIEGE