Université de Liège Réseau des Bibliothèques

BICTEL/e - ULg
Serveur institutionnel des thèses de doctorat



Nouvelles thèses
dans BICTEL/e - ULg
  • Brabant, Christian - Etude du rôle des mécanismes d’apprentissage dans le développement des effets renforçants de la cocaïne chez l’animal : implication des récepteurs histaminergiques H3
  • Boukary, Abdou Razac - Epidémiologie de la brucellose et de la tuberculose animales dans les milieux urbain, périurbain et rural au Niger
  • Bouabidi, Abderrahim - Etude Critique des Différentes Approches de Validation des Méthodes Analytiques
Présentation Recherche thèse Dépôt thèse Accès
gestionnaires
 
Page de résumé pour ULgetd-11032011-102843

Auteur : Saint-Amand, Denis
E-mail de l'auteur : Denis.Saint-Amand@ulg.ac.be
URN : ULgetd-11032011-102843
Langue : Français/French
Titre : Le Dictionnaire au second degré. Socio-logiques d'un détournement générique.
Intitulé du diplôme : Doctorat en langues et lettres
Département : Philo & Lettres - Département de langues et littératures romanes
Jury :
Nom : Titre :
Aron, Paul Membre du jury/Committee Member
Glinoer, Anthony Membre du jury/Committee Member
Purnelle, Gérald Membre du jury/Committee Member
Durand, Pascal Président du jury/Committee Chair
Bertrand, Jean-Pierre Promoteur/Director
Mots-clés :
  • 19th-century french literature/Littérature française du XIXe siècle
  • Sociology of literature/Sociologie de la littérature
  • Parody/Parodie
  • Metalexicography/Métalexicographie
Date de soutenance : 2011-11-14
Type d'accès : Mixte
Résumé :

Passé un prélude, une introduction en triptyque pose les fondements et les conditions de l’analyse qui est menée dans les deuxième et troisième parties de l’analyse : dans un premier temps (ch.1), je tente de circonscrire le genre dictionnairique et ses particularités, avant de revenir sur les valeurs de ce « second degré » définitoire des cas qui m’intéressent (ch. 2) pour mieux présenter la démarche qui me permet d’étudier ces derniers. Désireux d’adjoindre aux lectures historiques et poétiques un « œil sociologue », selon la formule de Jérôme Meizoz, j’essaie de baliser un parcours qui se veut moins un recensement exhaustif des dictionnaires au second degré du XIXe siècle qu’un espace de réflexion prospectif, à la fois sur le plan critique et sur le plan de la constitution problématique d’une littérature de la modernité vouée à élaborer ses logiques propres tout en étant confrontée à certains discours influents extérieurs au champ. Pour comprendre l’ouverture à ces parodies dictionnairiques d’un véritable espace de possibles au XIXe siècle, je reviens ensuite sur ce contexte spécifique (ch. 3), en croisant des données liées au progrès relatif de l’instruction publique, à l’essor des sciences et au foisonnement du discours accompagnant celles-ci après la révolution de 1789. Les trois chapitres suivants interrogent différents types de détournements dictionnairiques dont on pourrait dire qu’ils contestent le monde social tel qu’il va, et qui remettent en question le prêt-à-penser de leur époque. Ce type de détournement a notamment été favorisé par le support du journal, disposé à accueillir différentes petites formes satiriques : j’explore de la sorte la façon dont le dictionnaire peut s’adapter à la communication particulière impliquée par ce médium et les objectifs auxquels il peut alors répondre, en étudiant le cas particulier du retentissant Tintamarre (ch. 4). Le chapitre suivant (5) se concentre sur la façon dont la satire dictionnairique a pu s’insurger, dans la presse et en volumes, contre deux grands types de dominants institutionnels, l’académicien et le politicien, tantôt en raillant, sous couvert d’une adhésion feinte, les courts-circuits langagiers dont ces agents sont coutumiers, tantôt en condamnant explicitement leurs pratiques coercitives au détour d’une définition. Le genre a également été récupéré pour vilipender une bourgeoisie perçue comme l’une des principales forces d’inertie de la pensée moderne, ce que j’essaie de montrer en confrontant le cas emblématique du Dictionnaire des idées reçues à des productions similaires de l’époque (ch. 6). Les chapitres 7 à 9, enfin, interrogent une forme de raillerie dictionnairique plus introspective, cantonnée aux seuls champs littéraire et artistique. L’un des mécanismes de ces productions consiste à appliquer aux écrivains et autres médiateurs du champ littéraire la logique du dictionnaire onomastique : après être revenu sur l’émergence de cette pratique qui prolonge en l’atrophiant autant qu’en l’épiçant la mode du portrait littéraire liée à Sainte-Beuve (ch. 7), je me penche spécifiquement sur le Petit Bottin des lettres et des arts (ch. 8), qui établit une cartographie originale du champ littéraire de son époque et se donne à lire comme un discours mêlant lucidité et adhésion au jeu littéraire. Enfin, le chapitre 9, dernière étape de ce parcours, se concentre sur des lexiques fin de siècle traduisant et illustrant ironiquement certains termes susceptibles d’être mal compris par les lecteurs contemporains.

Autre version :
Fichiers :
Nom du fichier Taille Temps de chargement évalué (HH:MI:SS)
Modem 56K ADSL
[Restreint/Intranet] Envoi.pdf 304.53 Kb 00:00:43 00:00:01
[Public/Internet] Prelude.pdf 329.99 Kb 00:00:47 00:00:01
[Restreint/Intranet] Table_des_matieres.pdf 212.85 Kb 00:00:30 00:00:01
Fichiers accessibles par l'Internet [Public/Internet] ou que par l'Intranet [Restreint/Intranet].

Bien que le maximum ait été fait pour que les droits des ayants-droits soient respectés, si un de ceux-ci constatait qu'une oeuvre sur laquelle il a des droits a été utilisée dans BICTEL/e ULg sans son autorisation explicite, il est invité à prendre contact le plus rapidement possible avec la Direction du Réseau des Bibliothèques.


Parcourir BICTEL/e par Auteur|Département | Rechercher dans BICTEL/e


© Réseau des Bibliothèques de l'ULg, Grande traverse, 12 B37 4000 LIEGE