Université de Liège Réseau des Bibliothèques

BICTEL/e - ULg
Serveur institutionnel des thèses de doctorat



Nouvelles thèses
dans BICTEL/e - ULg
  • Esser, Céline - Regularity of functions: Genericity and multifractal analysis
  • Dupont, Josselin - "L’émergence d’une politique foncière régionale en Bretagne : de l’identification des enjeux à la création d’un Etablissement public foncier d’Etat/The emergence of a regional land policy in Brittany: from issues identification to the creation of a State Établissement public foncier".
  • Trotta, Marie - Modelling serial offenders’ spatial behaviours: new assumptions for geographic profiling
Présentation Recherche thèse Dépôt thèse Accès
gestionnaires
 
Page de résumé pour ULgetd-12122008-115625

Auteur : Mwamba Isimbi Tang'Yele, Justin
E-mail de l'auteur : justinmwamba@hotmail.com
URN : ULgetd-12122008-115625
Langue : Français/French
Titre : Écriture thématique et cohérence sémantique dans l'œuvre de Suzanne Lilar. Le thème de l'amour comme fil conducteur.
Intitulé du diplôme : Doctorat en langues et lettres
Département : Philo & Lettres - Département de langues et littératures romanes
Jury :
Nom : Titre :
Acke, Daniel Membre du jury/Committee Member
Defays, Jean-Marc Membre du jury/Committee Member
Legros, Georges Membre du jury/Committee Member
Bajomée, Danielle Président du jury/Committee Chair
Klinkenberg, Jean-Marie Promoteur/Director
Mots-clés :
  • Suzanne Lilar
  • littérature belge de langue française/Belgian literature (French)
  • amour dans la littérature/love in literature
Date de soutenance : 2008-10-22
Type d'accès : Public/Internet
Résumé :

L’œuvre de Suzanne Lilar est diverse. Elle se compose de plusieurs genres, notamment le théâtre, le roman, l’essai et le récit autobiographique connus du public, mais aussi la nouvelle et la poésie non connues. Face à cette diversité des modes d’énonciation, seul le thème de l’amour, qui en est le support et l’armature, permet de restaurer l’unité et la cohérence sémantique de toute l’œuvre. Il est, d’une part, le principe concret d’organisation formant son invisible architecture et donnant la clé de son organisation, et d’autre part, le moyen non pas d’équilibrer les deux sexes, mais de les satisfaire l’un et l’autre dans un mouvement triomphant.

En ce sens, cette thèse rend compte : 1° de l’unité des textes lilariens autour de ce thème pivot et 2° d’une écriture qui, tout en répondant à une série des stratégies, a partie, comme les textes le montrent, avec la société et l’époque de l’écrivaine. Une société et une époque dont les préoccupations sont les conflits sexuels à résoudre, l’émancipation de la femme à conquérir, la signifiance que le sexe et l’amour tiennent l’un de l’autre à renforcer – car le premier étant craint par les uns et banalisé par les autres, le second en fait sans aucun doute les frais –, et surtout l’amour à resacraliser. Bref, une société en crise de valeurs qui sont le respect de l’autre, le sens de sacrifice, la modestie, l’humilité, l’honnêteté, la sincérité, l’humanité. Des valeurs que les textes mettent en avant et que l’étude révèle. D’où le point de vue relationnel, ou éclectique qu’elle adopte, c’est-à-dire la complémentarité entre deux approches méthodologiques, la thématique et la sociocritique. À cette société, où l’amour ne permet pas à l’homme de se réconcilier avec la vie, l’écrivaine propose la morale de l’adhésion et du respect.

Bien entendu, d’abord l’étude s’ouvre par un état des lieux de la critique de l’œuvre et par une interrogation sur le contexte socio-historique qui a vu naître les différents écrits. Ainsi, autant la critique s’avère sporadique et limitée seulement à quelques textes – une insuffisance que cette étude tente de combler –, autant le contexte socio-historique et les enjeux idéologiques et institutionnels sont des inducteurs de la nouvelle érotique que l’écrivaine propose, et de son engagement comme l’étude le montre.

Ensuite, vient l’étude thématique proprement dite. Celle-ci débute avec la particularité que le personnage de Don Juan acquiert dans Le Burlador considéré comme le plus novateur de la série des « Don Juan en Belgique ». Dans ce premier texte de Lilar, ce Don Juan démystifié et devenu transgresseur d’une autre façon que celle que la tradition lui reconnaît réinstaure une relation sincère et honnête avec la femme, guidé par le souci de la participation dans le couple. De la sorte, un homme et une femme exceptionnels donnent un nouveau souffle à l’amour. Un amour resacralisé, et donc une nouvelle érotique née de ce texte. C’est également d’elle dont il sera question, à des degrés différents, dans d’autres textes de fiction, et surtout dans ceux de réflexion. Ce faisant, toute l’œuvre est un long processus de sacralisation de l’amour, où chaque texte est une étape et un questionnement sur la manière dont l’amour acquiert ou tente d’acquérir ce sens sacré, et où l’homme et la femme apportent chacun et chacune sa part essentielle.

Dans tous ces textes, le souci majeur de Lilar, que l’étude révèle est, contrairement à Simone de Beauvoir, celui de montrer les différences dans l’égalité et non l’égalité dans la différence. Le tout avec un optimisme étonnant et une grande confiance en l’homme. D’où la question que l’étude pose et à laquelle elle répond par l’affirmative : « Suzanne Lilar est-elle une moraliste ? ». Certes, l’écrivaine n’est pas Vauvenargues, ni La Bruyère, mais son écriture lui confère bien ce statut au travers de la matière qu’elle traite, c’est-à-dire l’amour (cette relation humaine fondée sur des valeurs d’éthique qu’elle met en exergue), de son attitude intellectuelle dans la façon de répondre aux grandes questions et aux préoccupations de son époque - parce qu’elle appelle à l’humilité, à la modestie, à la sincérité et au respect du lecteur -, et de la forme que son œuvre adopte (dans tous ses textes de fiction, les réflexions sur l’amour abondent, réflexions qui reviennent dans ses essais).

En définitive, cette œuvre diverse et unique est donc un appel à la tolérance, au respect de l’autre, à l’amour de la vie ; un appel à l’espoir. En l’abordant dans sa totalité, la thèse permet : 1° de revisiter l’ensemble de la littérature critique, 2° de traiter à la fois de textes connus et non connus de l’écrivaine, 3° de révéler les stratégies d’écriture de celle-ci et 4° d’offrir désormais aux lecteurs une occasion de redécouvrir, sous d’autres aspects, l’œuvre et son auteure. Ce faisant, elle constitue un important outil de recherches ultérieures sur Suzanne Lilar.

Autre version :
Fichiers :
Nom du fichier Taille Temps de chargement évalué (HH:MI:SS)
Modem 56K ADSL
[Public/Internet] mwamba_biblio.doc 108.03 Kb 00:00:15 < 00:00:01
[Public/Internet] mwamba_toc.doc 33.28 Kb 00:00:04 < 00:00:01

Bien que le maximum ait été fait pour que les droits des ayants-droits soient respectés, si un de ceux-ci constatait qu'une oeuvre sur laquelle il a des droits a été utilisée dans BICTEL/e ULg sans son autorisation explicite, il est invité à prendre contact le plus rapidement possible avec la Direction du Réseau des Bibliothèques.


Parcourir BICTEL/e par Auteur|Département | Rechercher dans BICTEL/e


© Réseau des Bibliothèques de l'ULg, Grande traverse, 12 B37 4000 LIEGE